Synthétiseur à 60 miroirs.

Histoire.
Dès 1928, l'américain D.B Gardner dépose une demande de brevet concernant la restitution d'image de télévision par un procédé faisant appel à une série de miroirs disposés de façon hélicoïdale autour d'un axe.



Réalisation de miroirs.

Pratiquement à la même époque, en Europe, le hongrois Frantz Von Okolicsanyi découvre un procédé similaire.
Ce procédé est mis en pratique entre 1930 et 1935 par quelques compagnies comme BELL Laboratories aux USA et TEKADE en Allemagne.
Pratiquement à la même époque, en Europe, le hongrois Frantz Von Okolicsanyi découvre un procédé similaire.
Ce procédé est mis en pratique entre 1930 et 1935 par quelques compagnies comme BELL Laboratories aux USA et TEKADE en Allemagne.

De son côté, le français Joseph BRAMI réalise un appareil miniaturisé à 30 miroirs qui tient dans le creux de la main, le VISIOLA
Ci-dessous, dessins du téléviseur à miroirs TEKADE, façade et intérieur, 1935.



Ci-dessous, photos de la réplique TEKADE réalisée par Peter YANCZER.






Ce procédé présente des avantages significatifs par rapport au disque de Nipkow, dans la mesure ou l'image obtenue est directement proportionelle aux dimensions de l'hélice, soit plusieurs centimètres. La brillance est également considérablement plus importante et plusieurs personnes à la fois peuvent visionner l'image.

Ce système présente des particularités telles que: selon la distance où l'on se trouve par rapport aux miroirs, on verra une image, ou plusieurs images identiques côte à côte.
Ainsi, la position de l'observateur est critique et il verra l'image se dédoubler s'il n'est pas à la bonne distance.
La distance et la hauteur du module de lumière par rapport aux miroirs sont également importantes. La position du module doit par conséquent être calculée de façon précise afin d'éviter les dédoublements et/ou anomalies de luminosité de l'image.

Voir plus d'informations sur les expérimentations passées et actuelles (avec la couleur) avec les miroirs de Gardner sur le site (US) de Early Television Foundation. et le site de Peter Yanczer.

Précédente.