Prototype de téléviseurs cathodiques à 180 lignes.

Histoire.
Dès le début de 1935, le ministre des PTT Georges MANDEL, presse la Compagnie des Compteurs de Montrouge de réaliser un système de télévision à haute définition (selon les critères de l'époque!) et ainsi concurrencer l'Allemagne sur ce terrain.
En janvier de cette même année, seul le 60 lignes est disponible et c'est cette définition qui sera adoptée pour effectuer la première émission officielle de Télévision le 24 avril 1935 (voir rubrique "Histoire" sur le site).
Cependant, cela ne répond pas aux attentes du ministre qui boude l'inauguration. René BARTHELEMY et son équipe redoublent alors d'efforts pour mettre au point le 180 lignes.
C'est chose faite quelques mois plus tard et le 8 décembre 1935 a lieu l'inauguration officielle du 180 lignes. La réception des images se fait sur tube cathodique, car le disque de Nipkow est pratiquement inutilisable dans cette définition.
En effet, la perte de lumière, déjà appréciable avec le 60 lignes, est désormais incompatible avec une quelconque observation mécanique du 180 lignes, dû à la petitesse des trous (inférieurs à 3/10e de millimètre) du disque récepteur.

Cela signifie t-il que la télévision mécanique disparaît avec l'avènement du 180 lignes?
Pas encore, puisque l'analyse de l'image en studio se fait encore mécaniquement.
En effet, René BARTHELEMY a dû concevoir une merveille de précision avec sa caméra à 180 trous minuscules répartis sur trois spirales du disque de Nipkow, tournant à 3000 tours/minute.

Cela fonctionne, mais à quel prix! L'unique cellule photo-électrique placée derrière le disque, nécessite alors une quantité de lumière phénoménale (40.000 lux) pour pouvoir réagir aux diverses variations de luminosité.
La perte de lumière passant à travers le disque de Nipkow avoisine les 90% et la chaleur des projecteurs à l'intérieur du studio de prise de vue est infernale. Un système de refroidissement spécial doit être étudié pour ramener la température ambiente à 25 degrés centigrades.
Heureusement, le tube photomultiplicateur imaginé par l'américain Philo FARNSWORTH, viendra les mois suivants, supplanter la cellule photo-électrique de la caméra mécanique 180 lignes. Sa sensibilité étant plusieurs milliers de fois supérieure à celle de la cellule, la quantité de lumière nécessaire à la prise de vue en sera d'autant plus réduite.

Les émissions en 60 et 180 lignes se feront conjointement jusqu'en juin 1936, date où le 60 lignes sera définitivement abandonné.

Caractéristiques du prototype.

L'appareil équipé de lampes d'époque 1935, transcontinentales dorées, est un moniteur d'image qui s’inspire dans sa présentation, du téléviseur 'Visiodyne Baby' réalisé en 1936 par l’ingénieur et pionnier de la télévision Marc Chauvierre.
Cet appareil fait peu de concession à la modernité en matière de technologie et démontre l’excellente qualité de l’image obtenue avec une définition de 180 lignes. Le diamètre du tube cathodique est de 12 cm.
Comme à l'origine, le phosphore du tube est à fluorescence verte.


Retour