Prototype à disque de Nipkow 60 lignes.

Histoire.
Dès 1932, René BARTHELEMY expérimente dans son laboratoire de la Compagnie des Compteurs de Montrouge, l'analyse et la synthèse de l'image en 60 lignes de définition afin d'obtenir une meilleure qualité. Pour ce faire, il utilise un disque de Nipkow percé de 60 trous d'un diamètre inférieur à 5/10e de millimètre et dont la vitesse de rotation est portée à 1500 tours minute.
L'un des principaux obstacles auxquel se heurte alors BARTHELEMY et son équipe, est la perte de lumière importante provoquée par le disque analyseur, dûe a la petitesse des trous. La scène télévisée doit être très fortement éclairée pour pouvoir sensibiliser suffisamment l'unique cellule photo-électrique placée derrière le disque.
Toutefois, la télévision avance rapidement et en avril 1935, BARTHELEMY et son équipe sont à même de fournir l'équipement nécessaire à l'administration des PTT pour réaliser la première émission officielle de Télévision en 60 lignes.

Caractéristiques du prototype.
Le prototype présenté s'inspire, en ce qui concerne son apparence extérieure, du téléviseur mécanique 30 lignes, construit par la firme allemande TEKADE. Le coffret en placage de noyer et loupe de noyer réalisé par Michel NEIGE reflète le style art déco de l'époque. Mais la similitude avec l'appareil TEKADE s'arrête ici.
Le prototype est équipé d'un disque de Nipkow à 60 trous de chacun 3/10e de millimètre de diamètre. La définition est donc de 60 lignes et un moteur synchrone, régulé par la fréquence du secteur électrique, entraine le disque à 1500 tours minute. Il assure une très bonne stabilité de l'image à la fréquence de 25 par seconde. Le format de l'image est de 4/3, permettant la visualisation de films et sa dimension réelle est de 20 millimètres de large sur 18 millimètres de hauteur. Une forte loupe doit être utilisée pour apporter un minimum de confort d'observation.
Avec une définition de 60 lignes, il est très difficile d'utiliser une lampe néon comme source de lumière derrière un disque de Nipkow, car la perte de luminosité due au disque est trop importante. Afin de pallier cet inconvénient, il est fait usage sur ce prototype, d'un module équipé de diodes électro-luminescentes (DEL) de très haute luminosité(8 x 10.000 mcd).
En 1935, ces composants n'existent naturellement pas et lors de la première émission officielle de télévision des PTT en 1935, la réception de contrôle du 60 lignes s'effectue principalement sur des appareils équipés de tube cathodique.


Retour